Un long weekend en Vénétie

Excursion en Italie en voiture et avec les playlists de musique. Trois jours en Vénétie au nord de l’Italie au travers  Vérone, Venise, Vicence et le Lac de Garde. C’était plus que chouette.
Rétrospective en démarrant avec cette chanson (attention, elle reste en tête pour la journée…)

Les villas palladiennes

On me parlait des villas palladiennes. Comme quoi elles étaient incontournables. Moi je veux bien mais « Palladienne », ça veut dire quoi ?   Je cherchais et cherchais mais non, ça ne me disait rien.  Alors voilà, Internet, cet ami :

Les villas de Palladio sont des villas sises en Vénétie (Italie), majoritairement dans la province de Vicence, conçues par l’architecte Andrea Palladio (15081580). woké j’ai pigé.

« Vingt-quatre de ces villas ont été inscrites sur la liste du patrimoine mondial dressée par l’UNESCO, lors de l’extension, en 1996, de l’inscription du centre historique de la ville de Vicence (qui compte vingt-trois bâtiments classés) intervenue deux années auparavant. »

Le programme peut donc se transformer en la visite de 24 villas palladiennes, soit 8 par jour,  soit une par heure, soit… non merci.

La villa Barbaro se situe à 30/40 minutes en voiture de l’aéroport de  Trévise et constitue donc une chouette première étape. Entourée d’un jardin et de vignes au loin, la contempler depuis la route semble être une bonne première approche.

C’est pas mal du tout. Après, je  suis clairement du genre à regarder des peintures religieuses et à me demander pourquoi le voleur ressemble toujours à un clochard. Alors je l’imagine avec un costume cravate, un badge « ILoveCac40 » et je raconte ça tout haut. Tant pis, c’est sorti. Il faut marcher avec des chaussons géants à l’intérieur, comme au Taj Mahal…ou sur le parquet ciré de mamie. Dans tous les cas, ne pas le faire c’est se prendre une soufflante… La visite coute 9€ par personne.

Un village typique : Marostica

Visite de la villa  faite, j’ai faim. Encore une heure de route direction Marostica. Marostica est belle, elle se trouve au pied du Mont Baldo, non loin du lac de Garde.

Le restaurant, dégoté dans un routard de 2010 semble alléchant. Je prie pour qu’il existe encore, qu’il soit ouvert et qu’il serve encore. Purée oui ! On est bien là, en terrasse au soleil. Il doit faire 42°, la glace s’impose. La sieste aussi.

Restaurant : Osterria Madonnetta, restaurant tenu de génération en génération, accueil très sympathique et fait maison. Adresse : Via Vajenti, 21, 36063 Marostica VI, Italie

Un opéra dans les arènes de Vérone

Le soleil tombé, direction Vérone. A 21H00, le show démarre. Un show où l’on reprend des tubes et où tout le monde crie BRRRAAVO BRRRRRAVO ! Nous voilà dans les Arènes de Vérone à attendre le top départ de Nabucco, opéra de Verdi.
Est-ce que je parle des 25 000 personnes sapées comme jamais ? Est-ce que je mentionne le fait qu’il y ait un tapis rouge ?
Une fois à l’intérieur, on se rend compte de l’immensité du lieu…et du nombre de places ! Avant le démarrage de l’Opéra, une voix nous invite à allumer une bougie. On apprend sur le site des arènes de Vérone, qu’il s’agit d’un rituel depuis 1913, date de la première représentation d’Aïda.

J’ai mis 15 bonnes minutes à adapter ma manière de regarder la scène, il se passe beaucoup beaucoup de choses en même temps : les personnages, les chevaux, les paroles traduites, le chef d’orchestre (tout un personnage), l’orchestre, repérer les voix principales, les feux d’artifice. C’est d’une telle intensité !

Se la jouer Roméo & Juliette

Vérone, c’est aussi la ville de Roméo & Juliette…alors nous partons à la recherche de la maison de Roméo : simple, sobre et personne, finalement une façade quelconque. De fait, personne  ne semble y prêter attention.  En gros tout le monde se fout de la maison de Roméo ! Alors que chez les Capulet, il y a foule…au balcon !

Il est possible de visiter la maison et de découvrir une possibilité toute mignonne : écrire un courrier à Juliette et lui clamer son amour ! Les amoureux de Juliette se sont rassemblés en une association qui répond aux lettres enflammées.

Il parait qu’il faut toucher les seins de la statue de Juliette à l’entrée, cela porte bonheur. Encore faut-il pouvoir passer la foule énorme. Du coup on a fait semblant !

A l’extérieur de la maison, chacun y va de son petit mot d’amour, écrit sur un pansement et collé sur la façade des maisons. J’ai passé presque autant de temps à visiter la maison qu’à lire ce patchwork d’amour !  

Trempette au Lac de Garde

Direction le lac de Garde, j’ai envie de me baigner ! Depuis Vérone, le lac est à 45 minutes en voiture. Nous avons choisi de descendre près de Garda, au sud du lac et de le longer jusqu’au nord…et de s’arrêter là où bon nous semble. Une glace par ci, un spritz par là.
Plus chic que le lac de Côme, moins sauvage aussi. Un village trop mignon où s’arrêter : Malcesine. L’endroit parfait pour se balader au soleil couchant et se poser en terrasse pour un diner à la bougie face aux montagnes et au lac.
Nous avons manqué à quelques minutes la possibilité de prendre le téléphérique, cependant tout le monde le conseille alors regardez bien les horaires et ne vous laissez pas trop emporter par la douceur du lieu !
La plupart des pontons sont payants pour la baignade mais il existe des plages de galets gratuites, il y en a une derrière le chateau.

   

Filer vers Venise, pour ne pas la vexer

Dernière journée, nous filons vers Venise, impossible d’être aussi proche et de ne pas s’y arrêter. C’est dimanche, il y a un peu moins de touristes, on se balade tranquillement sans être bousculé.
Le prix du Spritz s’est envolé mais tant pis, c’est tellement bon !

Venise reste Venise, son charme fou me ferait rester une semaine complète.

 

Avec l’Italie, ce n’est jamais qu’un au revoir, un jour j’en ferai le tour.
Au plaisir de lire votre périple en Vénétie.

Alexandra