Si vous passez par le Myanmar

Itinéraire de 27 jours passés au Myanmar. C’est sûrement le pays où j’ai découvert comment voyager seule et appris à faire confiance aux autres. Si vous êtes une femme et que voyager seule vous fait peur, ce pays me semble parfait pour démarrer : un respect mutuel, une douceur de vivre, pas de vol (par deux fois, des oublis dans un taxi et un bus ont été ramenés), une facilité impressionnante pour bouger de ville en ville : on organise tout d’auberge en auberge  et une aide lorsque vous êtes malade. Bref foncez !

birmanie carte copie

YANGON

Je suis arrivée en milieu d’après midi à Yangon. A l’aéroport, n’hésitez pas, demandez à partager votre taxi avec un backpacker. L’aéroport est très bien organisé, il y a une personne qui gère les sorties des taxis, le prix est juste et on vous donne une carte de la ville. Un bel accueil en somme.
Ni une ni deux, je suis partie à la Paya Schwedagon, on m’avait dit d’y aller à la nuit tombante et je n’ai pas été déçue : en plus du lieu impressionnant, vous verrez les birmans en pleine prière ; des bougies sont installées tout autour de la plus grande stupa (structure architecturale bouddhiste) et sont allumées à la main,  chacun prie tout autour. On se sent bien dans ce lieu, comme protégé.

Ce que j’ai préféré à Yangon c’est le quartier avec ses vieilles bâtisses coloniales et l’étrange brouhaha qu’il y a tout autour. Rendez-vous donc à Mahbandoola Road et Merchant Street, j’ai ensuite fait toutes les perpendiculaires de ces deux rues. Des hommes jouent aux échecs en pleine rue, des femmes quémandent de l’argent en remuant sans cesse une boite métallique, les gens montent et descendent du bus en marche, bref la vie est partout. Baladez-vous, marchez, marchez et arrêtez vous boire un café au plus vieux salon de thé et café du coin. Le marché Bogyoke Aung San vaut le détour :  j’y ai fait de bonnes affaires, pensez à négocier.
Enfin, j’ai passé deux heures dans le train Circle Line. Prenez-le n’importe où et descendez quand l’envie vous prend, il y aura toujours quelque chose à découvrir. Ce train est une expérience en soi.

Mon auberge était au top. Un peu excentrée certes, (compter 3000Kiat par trajet en taxi) mais rien que de repenser au petit déjeuner maison dans leur jardin et cette ambiance très douce, j’y retournerai bien. Surtout deux propositions : petit déjeuner typique birman ou européen si jamais vous n’aimez pas. Bémol : le soir, les chauffeurs de taxi se perdent et ne trouvent pas l’auberge, se repérer au grand centre commercial avec Adidas à l’intérieur. Point positif :  jamais on ne vous laissera seul dans la rue, le chauffeur vous amènera à bon port, peu importe le temps que cela lui prendra.

Dormir : Thanlwin Guesthouse, Pyinnyawaddy Estate (behind Sedona Hotel), Yankin Township, Yankin Township, 11221 Yangon, Myanmar
Manger : sans conteste : la salade de tomates. Non le serveur ne s’est pas trompé, dans la salade tomates, il y a autant d’oignons que de tomates ! La salade aux feuilles de thé est aussi un incontournable. A Yangon, j’allais au marché pour manger ce qui me donnait envie. Il y a toujours du poulet grillé, des petits beignets à la vapeur ou des samossas !

DSCF8822

MAWLAMYINE

L’ambiance n’est pas de celle que je retiens, c’est froid, limite glacial. J’ai dormi dans la chambre de Prison Break : une planche de bois en guise de matelas, un lit une place et à peine une autre pour poser mon sac, quelques souris aussi… Des douches pas clean, et la TV en fond d’écran à l’accueil. Vous avez envie d’y aller ou pas ? Point positif : petit déjeuner sur une terrasse extérieure à l’étage. La promiscuité est parfaite pour rencontrer du monde.  Pour la balade, une magnifique pagode vaut le détour : la Paya Kyaikthanlan.

Une fois celle-ci faite, prenez vos cliques et vos claques et partez en deux roues.C’est là qu’on se rend compte de la beauté du paysage. Je suis  allée au « mini Rocher d’Or » à la Pagode Nwa La Bo. Attention, lorsque vous vous garez à l’entrée de la Pagode,  il y en a pour presque trois heures de marche, et ça grimpe. Sinon vous pouvez prendre la navette. Mais c’est moins charmant, les paysages sont sympathiques. Surtout : il n’y a pas foule à la pagode.

Gardez une journée pour le joyau de Mawlamine : L’île aux ogres. Vous n’avez pas enduré une ou deux piteuses nuits pour rien. Au sein de la fameuse auberge  travaille M. Antony.  C’est l’homme de la situation. (il est cité dans le guide Lonely Planet) Bon commerçant certes. Mais génial. Il connait tous les trésors de l’ile. Avec lui, nous avons été invité…à un enterrement. Et pour eux, c’était précieux que l’on partage le repas. Nous n’avons pas fait d’offrandes, mais nous avons allumé des bougies et parler avec la fille du défunt. C’était un moment totalement surréaliste. Plus je finissais mon assiette, plus on m’en remettait…jusqu’à ce que je tombe sur LE bout de viande qui ne voulait pas passer. Imaginez vous entrain de manger ou de mastiquer un bout de viande avec 30 paires d’yeux  rivées sur vous. Vous avez tellement envie de tout cracher. Puis vous comptez jusqu’à trois dans votre tête, ça passe ou ça casse. Si ça passe, c’est sur, rien ne vous fera tomber malade dans ce pays ! Ca passe, vous trinquez une dernière fois avec les hôtes. D’ailleurs vous ne savez pas ce que vous buvez mais c’est fluo !

Le soir, quand vous rentrez, marchez le long de la digue pour manger au bord de l’eau. Des femmes et des hommes vendent des grillades, et c’est bon ! La bière est fraiche.

Dormir : l’auberge de Prison Break : La Breeze Guesthouse , No. 6, Strand Road, Shwe Taung Ward, 11222 Mawlamyine, Myanmar

DSCF9682

MONT KYAIKTIYO  – KINPUN

Si vous voulez aller au Rocher d’Or, la ville la plus proche qui vous accueillera sera Kinpun. Kinpun dispose d’une offre étoffée de restaurants et d’auberges en tout genre. Attention cependant, cette ville a l’habitude des touristes et j’ai vu de mes propres yeux avec deux autres touristes une arnaque avec le maître d’hôtel. Comptez bien votre monnaie au moment de payer, déposez les billets un a un en comptant devant lui. Suite à ça, j’ai changé d’auberge pour aller au : Pann Myo Thu Inn. Conseil important : trouvez du monde, et ne prenez pas une chambre à l’intérieur de l’auberge mais un bungalow. J’ai pu visiter les deux et il n’y a pas photo, à minima, vous n’aurez pas l’impression de dormir avec le voisin…

Il n’y a pas beaucoup d’auberge à prix intéressant dans cette ville, et la qualité reste à désirer…Mais vous n’êtes pas là pour ça n’est-ce pas ? Ce qui vous intéresse, c’est le fameux rocher d’or, dont les birmans sont extrêmement fiers . Petite précaution, sachez-le, les femmes n’ont pas le droit d’y toucher…  Mais passons, restons positif et explorons. Deux possibilités pour le Rocher d’Or : marcher entre 3 et 4 heures ou prendre la navette.
Je l’avoue, j’ai pris la navette. On vous demandera sans cesse de payer : pour monter dans la navette, pour passer certains points bref…prenez des billets avec vous ! D’ailleurs parlons d’argent…Voir l’afflux constant de monnaies, d’énorme caisses transparentes remplies de billets tout en regardant les moines en quête de spiritualité, ce drôle de mélange est clairement atypique. Le lieu est trop touristique, pour preuve : une nuit au pied du rocher d’or peut monter jusque 150 dollars… Mais marcher aux alentours, découvrir les rituels, les cérémonies et les regarder faire reste intéressant. La vue est magnifique depuis le rocher.

Navette jusqu’au rocher d’or : demandez à quiconque dans Kinpun la navette pour le Golden Rock, elle part le matin assez tôt et peut vous ramener sauf si vous décider de rentrer à pied. Prenez une grosse écharpe et couvrez vous le cou : vous serez en plein air dans une camionnette et il fait froid le matin de bonne heure !

Le lendemain, j’ai voulu marcher un peu et j’ai fait la moitié du chemin (tout est indiqué). La route est vraiment sympathique puisque l’on traverse de petites habitations qui profitent du passage des marcheurs pour vendre quelques petites douceurs. Si on vous applaudit : il est de coutume d’applaudir quiconque à pris la route à pied vers le rocher d’or.

DSCF0147

BAGAN

Quelle beauté. Selon moi, l’incontournable du pays. On se sent bien à Bagan. Pour preuve, au lieu des deux jours prévus, j’y suis restée cinq. Qu’est-ce que j’étais bien. D’abord parce que j’ai trouvé la meilleure auberge de mes six mois. Son prix vaut la chandelle, pour moi ils ont tout compris à ce qu’attendent des backpackers d’une auberge pour favoriser la convivialité par des petites attentions : organiser des sorties en mobylettes gratuites avec le gérant de l’auberge, partage d’un plat  de pâtes tous les soirs (gratuit), buvette, coin relax, coin méditation, livres à disposition, chambre propre et salle de bain hyper clean. Bref, un sans faute. Alors oui, un prix digne des prix européens mais que vous voulez-vous, après prison break et Kinpun j’étais prête à un peu de confort.

Surtout j’ai pris un bus de Yangon à Bagan avec un départ à 18h30 et une arrivée à …4h du matin. Autant vous dire que cet entre deux n’est pas cool. Mais à l’auberge, deux choix : soit vous montez à sur le toit et vous prenez un matelas ou un hamac et finissez votre nuit (accueil 24/24), ce sera gratuit, ou alors attendez 4h45, posez votre sac et louez un solex juste en face de l’auberge. Un petit groupe partira avec l’animateur pour le lever de soleil sur Bagan. Une arrivée crevante mais magique.

A savoir : le bus s’arrête à l’extérieur de la ville vers 3h15 du matin. Puis il faut prendre un taxi. Essayez de trouver du monde qui va dans votre quartier pour partager le taxi, car c’est assez cher et les chauffeurs ne veulent pas négocier (je me rappelle avoir payé pas loin de 10 euro… j’étais colère). En plus, on vous fera payer un droit d’entrée « obligatoire » même si certains ne l’ont pas payé en négociant avec les chauffeurs. Cet argent n’a pas l’air d’aller là où il devrait…

Bagan se découpe en 3 quartiers  : New Bagan, Old Bagan et Nyaung U. L’auberge où j’étais se situe dans New Bagan, les temples dans Old Bagan. En solex, il faut compter 15 minutes pour s’y rendre. Pour le solex, cela se négocie à la demie-journée ou la journée. Pour ma part, j’ai négocié trois jours de suite + la blanchisserie. J’ai eu droit à un sacré tarif défiant toute concurrence ! En moyenne 3/4 dollars la journée pour une location.  Ce que j’ai adoré : vous convenez d’un prix, vous essayez, vous payez, vous partez. Pas de paperasse. En cas de problème de batterie : pas de panique, vous appelez, laissez la bécane et ils iront la chercher. (vous ce sera du stop mais vous verrez tout le monde s’arrête et ça pimente un peu le voyage non ? ).

Le quartier de l’auberge est un bon compromis : trop de monde à Old Bagan, c’est largement  suffisant de s’y perdre la journée et d’y manger. Le meilleur restaurant d’après les birmans est un végétarien : The Moon. Ne le manquez pas, le cadre bucolique et la nourriture fraiche est à tomber. Si vous voulez un burger, rendez vous au « weatherspoon », mais j’ai trouvé le boeuf bien TROP TROP cramé. L’ambiance y est sympa.

Pour visiter les temples : j’ai pris une carte, j’ai demandé aux birmans de m’entourer ceux qu’ils préféraient et je suis partie. A l’auberge, on vous indiquera les temples à voir selon votre état d’esprit : ceux pour leur architecture, ceux pour aller lire un livre, ceux pour la vue…bref il y en a pour tous les gouts. Mon seul secret est de prendre les petits chemins, ceux où la route s’arrête et le sable commence. Rien que conduire là dedans rend heureux. Alors si au bout il y a un temple, c’est bonheur.

Si vous avez un tas d’argent à dépenser : prenez une montgolfière. Personnellement j’ai essayé de négocier : travailler pour eux en échange d’un vol. Impossible. Enlever tout le coté : champagne, diplôme et casquette pour faire baisser le prix : impossible. Tant pis. J’ai vu les montgolfières depuis un temple un matin. Et j’ai pu entendre leur ronronnement de très près. J’étais déjà comblée.

Dormir : Ostello Bello Bagan ,Thiri Sandar, Hkan Latt Quarter, Main Road, New Bagan, New Bagan, 11223 Bagan, Myanmar
Manger : The Moon Restaurant, Old Bagan
Conseil :  à votre arrivée, demandez une carte de la ville, et demandez quels sont les temples « incontournables » et ceux où il n’y a personne. Rendez-vous à tous les couchers de soleil et levers. Les moments les plus beaux de la journée !

DSCF0728

MANDALAY

Ah Mandalay. D’abord j’ai eu un choc, j’avais quitté Bagan mon adorée pour une grande ville grisâtre et bruyante. Bêtise ? Il m’a fallu du temps pour m’habituer. Mon hôtel n’était pas terrible,  pas d’auberge disponible à ce moment là. Bref, ça partait mal. On se calme, ne pas râler trop vite ! Il y a bien quelques petites pépites à visiter à Mandalay à commencer par le palais royal.

Ensuite, je suis partie pour voir le coucher de soleil sur la colline de Mandalay.  bon ça grimpe, je vous l’avoue tout de go mais cela vaut la peine.
En termes de restaurant : si cela fait longtemps que vous êtes sur la route. STOP. Arrêtez vous au restaurant français : Bistro@82nd : UN DELICE. Et puis ça fait du bien de manger une énorme planche de fromage avec du pain frais et ô joie : du beurre demi-sel. Pas loin, ma première boulangerie digne de ce nom depuis des mois. Provisions faites pour les prochaines semaines, j’ai vidé la boutique !

Mandalay était un peu trop bruyante pour moi, j’avais plutôt envie de découvrir les villages alentours. J’ai retrouvé une backpacker de Bagan et nous sommes parties visiter deux villages alentours : Amarapura et Ava.
Dormir : je n’ai pas aimé mon auberge, un conseil : réservez peut être un peu à l’avance pour Mandalay, tout était complet lorsque j’y suis arrivée…
Manger : Restaurant français : Bistro@82nd, la chef parle français !

IMG_3605

Les villages alentours : AMARAPURA et AVA

AH. Mes préférés. Levée 6h30, location d’un taxi pour nous emmener dans le premier village d’Amapura, connu pour son pont tout de teck : le Pont U-Bein. Conseil : prenez une barque avec un guide mais négociez les prix. (5000 pour deux) Il vous emmènera sous le pont et auprès des pêcheurs. Regardez les pêcheurs poser les filets à la mano. L’odeur de poisson règne. Quand les pêcheurs s’en vont, une dame avec son « troupeau » de canards viennent pour manger les restes de crustacés. C’est assez folklorique.
Posez-vous en face pour boire un verre. C’est très sympa. Puis, perdez vous dans le village, il y a beaucoup à découvrir et notamment le monastère Kyaung Maha Ganayon. Ce jour là, des jeunes devenaient moines. C’était la fête dans le village.  Agréable à voir. Ah oui, si vous aimez le tissu. C’est l’endroit parfait pour  faire des emplettes, il y a quelques boutiques à faire.

DSCF1025

C’est assez surprenant que d’aller visiter  Inwa. Il vous faudra d’abord prendre le bateau. Une horde de calèches vous attend à la descente et vous suivront même si vous répondez poliment non pour grimper dedans. Surtout si vous aimez marcher, ils vous riront au nez et ne comptez pas sur eux pour vous indiquer la route. Un bon maps.me fera l’affaire. Le lieu vaut malgré tout  la peine, on a l’impression de changer d’époque. Le monastère en teck vaut largement le détour : le Kyaung Bagaya. Il est majestueux.
Attention, tous les temples du lieu sont payants, il faut s’acquitter d’un billet combiné vendu à l’entrée des temples pour pouvoir tous les visiter. Bémol, le lieu semble bucolique à première vue mais la pollution règne à Inwa…les poubelles sont partout au bord des routes.

IMG_3670

PYIN OO LWIN

Il caille à Pyin Oo Lwin. Ca a été un choc thermique !!! J’y suis allée pour trois choses : c’est la ville des fraises et je n’ai pas eu le temps d’en manger dans le jardin normand avant de partir, il y a le plus grand jardin botanique du pays avec une bambouseraie et c’est de cette ville que je prendrais le train.

J’ai fait Mandalay- Pyin Oo Lwin en taxi partagé. Prix abordable, et tout s’organise depuis n’importe quel hôtel ou auberge de Mandalay. La vue était belle, assez montagneuse.
J’ai réservé une chambre dans un cadre vraiment atypique, verdoyant à souhait et très entretenu. Plusieurs bâtisses blanches composent l’hôtel donnant un charme fou au lieu. Les chats et chiens se promènent et viennent vous voir. Sur le site, il est dit que des vélos sont à disposition mais aucun ne fonctionnait lorsque j’y étais. J’ai marché jusqu’au centre ville mais il faut compter trente bonne minutes.

Pour le retour : j’ai tout simplement demandé à quelques monsieurs qui parlaient autour de leurs bécanes si l’un d’entre eux pouvait me ramener contre 2000K, un a accepté, c’était parfait et il avait tout content !

Que faire dans la ville : j’ai adoré son atmosphère, vous y verrez des vieilles calèches colorées tenues par des hommes en haut de forme. La ville est assez agréable pour se balader et quelques temples seront sur votre route. Au marché, j’ai mangé : des fraises ! Puis j’ai pris une moto taxi pour aller au jardin botanique. J’ai négocié avec lui pour qu’il me ramène en ville deux heures plus tard. Pour quiconque a envie d’un peu de calme le jardin est parfait, ce n’est pas un incontournable mais j’ai apprécié y faire la sieste !! La bambouseraie est incroyable, les bruits des bambous de 30cm de diamètre  sont impressionnants.

Le lendemain, je voulais prendre le train pour Hispaw. L’hôtel propose une navette gratuite selon l’horaire du train. Essayez de négocier pour partir un peu plus tôt car je n’ai pas pu réserver une place de train en fenêtre : tout avait été réservé.

Dormir : Orchid Nan Hotel , Mandalay- Lasho Road, Pwin Oo Lwin, 11181 Pyin Oo Lwin, Myanmar. Petit déjeuner dans une salle magnifique et fait maison. PARFAIT.

IMG_3730

JOURNEE EN TRAIN et HISPAW

Le train faisait partie de mon incontournable de voyage. Parce que j’aime son ambiance et que j’avais adoré mes deux heures passées à observer la vie dans le Circle Line à Yangon. Je n’ai pas été déçue. Je  raconte ce voyage en train dans un autre article.

Je n’avais pas réservé d’hôtel en arrivant à Hispaw bien que les autres touristes commençaient à flipper en appelant les auberges qui disaient  » c’est complet ». En fait, aucun problème, un monsieur a tout compris en postant sa camionnette à touriste à la descente du train : Mr Charles vous emmène chez lui. Et même si c’est complet, le dortoir  est modulable et peut vite se retrouver en lit géant créant une ambiance tout simplement bordélique et géniale.

Très vite, Mr Charles vous accueille avec un jus d’orange frais et vous propose quelques excursions. J’ai choisi un trek de deux nuits, trois jours dans les montagnes, proches de la frontière chinoise. Le guide était d’une bienveillance extrême. Le soir, repas et nuitée chez l’habitant, dans le village du guide. Pendant ce temps là votre sac est mis dans une salle fermée à clé et votre ordinateur trouve sa place dans un casier qui ferme à clé. C’est parfait.
Manger : à Hispaw, clairement j’ai testé tous les restaurants et les bars, tout est bon et pas cher.
Dormir : pas besoin de réserver si vous descendez du train et que vous voulez aller en dortoir :  allez chez M. Charles. Pour un couple, ils ont des chambres doubles qui sont très bien. Le dortoir c’est la zone, mais grand respect pour les affaires de chacun. Pour le couples, Mr Charles Hotel possible en réservation !

DSCF2165

KALAW ET LAC INLE (ville de Niangshwe)

De Hispaw, j’ai pris un long bus de nuit (qui part à 18h aussi, réservé depuis l’auberge) avec une arrivée encore une fois à 5h du matin. J’ai été malade dans le bus, c’est ce jour là que j’ai compris à quoi servait le morceau de plastique noir devant mon siège : c’est un petit sac à vomi ! La route est montagneuse. Attention, j’ai passé ma pire nuit en Birmanie ce soir là  : je pensais pouvoir dormir en trouvant une auberge en arrivant. Mais impossible. Je n’ai pas trouvé un seul accueil ouvert 24/24. Résultat, je me suis retrouvée avec 15 autres personnes assises dans l’accueil d’un hôtel avec le maitre d’hôtel qui dormait devant nous et qui avait laissé pour consigne : ne me réveillez pas avant 6h30. Donc on a patienté. Et j’ai pu partager une chambre à partir de cette heure là. Insupportable. Assurez-vous bien de réserver une chambre et d’y avoir accès à votre arrivée, cela doit être possible.

Mon bus m’emmenait à Kalaw pour démarrer un trek de trois jours en direction du lac Inle. Je ne suis pas restée longtemps à Kalaw mais j’ai eu le temps de manger au restaurant népalais qui a une réputation hors paire dans le village : L’Everest Nepali. C’était délicieux, surtout les crêpes au fruits.  Il y a beaucoup de monde, c’est assez bruyant mais c’est très pratique pour rencontrer du monde.

J’ai réservé mon trek chez M. Sam Guesthouse. C’est l’usine à trek mais très bien organisé lorsque le temps est compté et que vous n’avez rien réservé. Ils ont tendance à vous mettre entre français, n’hésitez pas à changer de groupe…
Il y a une autre agence où vous pouvez aller dans Kalaw. Des amis y sont allés et ils ont pu dormir dans un monastère (chose impossible avec M.Sam au moment où j’étais là bas).
Pour ma part le trek était vraiment bien fait : le sac de voyage est numéroté et envoyé dans l’auberge d’arrivée avec la mention « fragile  » dessus. On ne croise quasiment personne sur le trek et pour cause : les guides viennent des villages alentours et nous dormons dans leur village.  Ainsi plusieurs itinéraires sont proposés. Tous les repas sont délicieux et pris chez l’habitant,  les nuitées pareilles. Couvrez-vous, il fait froid la nuit.Le trek était vraiment magique. Seul bémol assez gênant : les guides refusent à chaque fois l’aide pour préparer les repas, et ne mangent pas avec nous. Insistez pour au moins partager le repas du soir, c’est toujours plus agréable d’échanger.

Un des moments les plus attendus du trek, c’est ce fameux passage sur le lac avec les pêcheurs. C’est effectivement magique. Une fois arrivés à Niangswhe (la ville au bord du lac Inle), il y a beaucoup à faire, malheureusement je peux plus vous parler de l’hôpital que d’activités. J’ai néanmoins trouvé un point de chute absolument parfait pour me reposer : the French Touch. Après un passage à l’hôpital, une salade de chèvre frais a été la bienvenue dans un décor qui était à mon gout.

Conseil randonnée : Pensez à prendre : pansements, gourde d’eau, petits gâteaux au cas où, crème solaire, chapeaux, gros pull, lingettes (aucune intimité sauf dans les toilettes), tongues, drap de soie pour dormir dans quelque chose à vous et de propre, chaussures de randonnée. J’ai vu des filles avec des sacs à dos de 20 kilos…on se calme, un petit sac à dos suffit, il y a des passages qui grimpent, vous serez ravi de ne pas avoir plus de 5/7 kilos sur le dos. Pensez au pourboire en fin de trek. (j’avais donné 15 dollars en plus à chacune, 5 dollars par jour par personne). C’est largement mérité quand vous verrez leur niveau d’anglais, leur gentillesse et…leur humour !!! N’hésitez pas à acheter du chili ou du gingembre dans les villages. Il n’y aura pas plus frais. (un thé au gingembre et au citron c’est délicieux).
Manger : The French Touch restaurant , Kyaung Taw Shayt Street | N0 23, Myo Lac Quater
Dormir : j’ai eu la chance de tomber sur la propriétaire de cet hôtel lorsque j’étais au plus mal. Elle est venue avec moi à la clinique et est restée avec moi un sacré moment. Comme il y avait la queue, elle m’a emmené me reposer dans son hôtel et je l’ai trouvé tellement beau. La décoration est sublime. Chaque chambre a son style. La salle de repas commune est magnifique. Je vous la conseille sans aucun problème : Trinity Family Inn., très bien placé dans la ville : Tharzi Qtr 3, Near Tharzi Pond, Nyaung Shwe, Shan State, Myanmar, 08111 Nyaung Shwe, Myanmar . Si vous y allez, s’il vous plait, parlez lui de la française qu’elle a ramassé par terre, emmenée à la pharmacie, puis à la clinique et saluez là par une énorme accolade de ma part. Elle a été ma maman ce jour là. 

DSCF2686

INFOS COMPLEMENTAIRES

Transport : la gare routière est à environ 35/40 minutes du centre de Yangon. Yangon est une ville où les embouteillages règnent. Prévoyez du temps. J’ai voyagé uniquement en bus, train ou taxi partagé sur chacun de mes trajets.
Les bus étaient tous locaux sauf le dernier pour le trajet vraiment très long de Niangshwe à Yangon (environ 11h00). J’ai réservé un VIP bus et c’était clairement le meilleur bus de mes six mois : repas à bord, siège très confortable, tv….bref, après un trek et la maladie ça faisait du bien. Si vous êtes facilement malade en bus : prenez un cachet, ce trajet est pour deux tiers montagneux…
J’ai pris un taxi partagé de Mandalay à Pyi Oo Lwin parce qu’il n’y a pas de bus qui fait ce trajet. D’ordinaire après Mandalay la direction classique c’est Niangshwe.

Où aller en plus ?
Après échanges avec les voyageurs, je regrette de ne pas être passée à Hpa An (apparemment très mignonne) et la mer avec Ngapali Beach. Le sud semble juste magnifique mais je n’imagine même pas le temps qu’il faudrait en bus !

Quelques photos ?
Avec plaisir, ici et ou alors le récit des treks !

Je vous souhaite un beau voyage,

dUh

 

DSCF2858