Myanmar, l’intense émotion

Déja dix jours au Myanmar et l’échange s’avère vraiment facile avec les birmans. C’est un vrai plaisir. La communication commence par un sourire, le reste vient tout seul. En trois minutes, je me suis retrouvée assise dans la maison de paille d’une mamie qui fumait une cigarette énorme. Intriguée par sa fumette, je me suis approchée. Elle m’a fait le signe d’entrer dans sa maison. Elle m’a offert le thé et des cacahuètes. On ne parlait pas la même langue mais ça ne nous a pas empêché de se comprendre pour manger !

Les enfants parlent aisément avec nous, les mamans veulent continuer à faire la causette. « Et cette blondeur, c’est naturel ? », « Et c’est comment chez toi ? », « Et tu as visité tel temple ? ».  C’est très agréable. Je me suis aussi arrêtée pour voir quelques vaches, j’ai rencontré le paysan. Après avoir tenté de lui expliquer qu’il y avait des vaches chez moi, il a voulu me laisser conduire la charrette. J’ai refusé par peur de tout dézinguer mais j’ai regretté !

Et puis, il y a aussi ces rencontres dans les hostels avec des voyageurs et des expatriés. La majorité des expatriés rencontrés à Bagan sont des humanitaires qui viennent s’y reposer quelques jours. Pourquoi sont-ils là ? Le choléra sévit, mais pas que. Avec Pascal, rencontré en Thaïlande et retrouvé au petit déjeuner de la guestouse birmane, nous avons discuté avec un birman, qui était notre guide à Mawlamyine. C’est la gorge serrée que nous l’avons écouté nous raconter son histoire. Ce moment restera gravé dans ma mémoire.

Des conflits armés ont entrainé le déplacement et la fuite de la population. Des camps de réfugiés existent au niveau de la frontière entre le Myanmar et la Thaïlande depuis plus de trente ans et accueillent en majorité la population birmane.

Restons positif, la plus grande conférence sur la paix au Myanmar  s’est tenue en janvier 2016 suite à la victoire écrasante du parti de Aung San Suu Kyi. A entendre les birmans qui souhaitent en parler « le pays est sur la bonne voie ».

Je finis sur quelques photos et sur un extrait des Chroniques Birmanes de Guy Delisle.

Des poutous

dUh

DSCF0512
Les fameuses vaches du paysan
DSCF0599
Balade dans les temples de Bagan
Capture d’écran 2016-01-26 à 11.02.26
J’ai discuté avec cette femme, elle vend du maïs à la vapeur. J’ai essayé de porter son panier avec mes deux mains. J’en ai bavé. Elle le porte sur la tête…
DSCF0563
Enfants rencontrés près d’un temple, la maman a tenu à faire une photo, après avoir mitraillé avec son portable, je lui ai tendu mon appareil photo !
DSCF0387
Coucher de soleil sur Bagan
DSCF0564
Femme âgée qui fume près d’un temple
DSCF0707
Le soleil se lève sur Bagan
DSCF0751
La première montgolfière apparait près du soleil
DSCF0764
Puis une deuxième
DSCF0768
Et après trois, j’ai arrêté de compter !
DSCF9682
Avec Pascal, nous avons été invités à une cérémonie funéraire. Ils nous ont offert le repas. Il fallait manger sous le regard bienveillant mais très insistant de ces hommes. Avant, nous avions rencontré la femme qui a perdu son père. C’est elle qui nous a invité à partager le repas.
DSCF9676
Repas lors de la cérémonie funéraire
DSCF9556
Cette femme réalise et vend des balais à partir des écorces de noix de coco
DSCF9549
Futur motard
DSCF9499
Deux apprentis moines parlant un parfait anglais. Après avoir joué à cache cache dans cette allée ( j’ai compté quoi ), on a regardé les vidéos des éléphants sur mon appareil. Ils riaient et riaient, c’était trop chou.
DSCF9564
La cuisine, c’est Schmidt.
DSCF9361
Dans le temple, les enfants jouent, crient et rient. C’est un véritable lieu de vie.
DSCF9476
Coucher de soleil
DSCF9836
On ne savait pas trop dans quoi on s’engageait avec Pascal lorsqu’on a démarré la randonnée. Mais ce qui est sur, c’est qu’on a fini dans ce truck au milieu des birmans et des tonneaux plein d’essence qu’il ne fallait surtout pas toucher.
Capture d’écran 2016-01-26 à 11.16.24
J’adore le côté courbé de la posture de ce moine
Capture d’écran 2016-01-26 à 11.37.35
T’en veux ?
DSCF0223
On se prend pour des cailloux ?
Capture d’écran 2016-01-26 à 11.44.24
Alors ça, c’est un rocher d’or. Et les femmes n’ont pas le droit de l’approcher. Because on peut déclencher un tremblement de terre si on le touche. Encore un qui a tout vu voler dans l’appartement !DSCF0980
DSCF9716
Cette femme réalise des élastiques en caoutchouc. Sur sa machine, elle a installé un petit miroir pour voir si tout se passe bien.
DSCF9629
A l’ancienne
DSCF9606
Cette femme ponce avec une machine de l’ardoise. Ces ardoises sont pour les écoliers de l’ensemble de la Birmanie. Elle porte un masque, mais est-ce suffisant ? Son salaire ? Après 2000 ardoises, 4$.
DSCF9927
Moine en apprentissage au rocher d’or
DSCF9574
En disant au guide que j’étais française, voilà ce qu’il m’a dit. J’ai adoré ! Ecrit sur les fameuses ardoises pour les écoliers.
DSCF0787
Il en fallait bien une dernière avec des montgolfières !
DSCF9569
Le tas d’ardoise !
DSCF0644
Brumeux
DSCF0784
Ciel tacheté
DSCF9857
Près de Malwamyine, après la randonnée
DSCF9832
Vue sur les montagnes
DSCF0882
Trouver l’équilibre
DSCF0890
La clinique du petit village près de Bagan
DSCF0956
Mon temple préféré à Bagan parce qu’il n’y a personne !
IMG_3394
L’art, sous toutes ses formes